Banques : du PNB en plus ?

publié le 17 juin 2016

Le TLTRO 2 de la BCE devrait conduire à un complément de PNB sur 2016 et 2017 par rapport aux prévisions initiales.

Définitions

Les TLTRO (targeted long-term refinancing operations, opérations de refinancement à long terme dans la langue de Molière) sont des prêts à long terme réservés aux banques de la zone Euro pour relancer le crédit. Les premières opérations ont été menée en septembre 2014 avec des prêts à échéance en septembre 2018 et un remboursement anticipé en septembre 2016 pour les établissements qui n’atteindraient pas les objectifs de crédits fixés.

Le QE (quantitative easing, assouplissement quantitatif dans la langue de Raymond Queneau) est une procédure non conventionnelle par laquelle les banques centrales rachètent des dettes publiques ou d’entreprise pour injecter de l’argent dans le circuit économique (afin d’éviter la déflation, notion très bien expliquée dans cette vidéo de Dessinemoileco) et augmenter les réserves du secteur bancaire (afin d’inciter les établissements de crédit à prêter). Le 22 janvier 2015, la BCE a décidé de mener un telle politique pour contrer le risque de déflation. Elle prévoit donc des volumes d’achats d’au moins 60 milliards d’euros par mois jusqu’en septembre 2016.

Explications

La politique de la BCE vise une relance de l’inflation avec un objectif de + 2 %. Or, à ce jour, cet objectif n’est pas atteint : l’inflation ressort à – 0,25 % en avril 2016, après – 0,05 % en mars. Le contexte est marqué par la chute du cours du pétrole et le ralentissement de la demande mondiale.

Face à cette nouvelle situation économique, la BCE va initier un nouveau programme de TLTRO d’une durée de 4 ans à taux zéro (dans le cadre du taux de refinancement) ou à un taux négatif (- 0,40 % dans le cadre des dépôts). Elle espère ainsi relancer les crédits, donc l’investissement, donc l’économie.

Le TLTRO 2 présenterait les caractéristiques suivantes :

  • Le montant maximum de liquidités allouée serait de 30 % de l’encours des crédits aux entreprises et aux ménages hors crédits immobiliers,
  • Le taux zéro sera appliqué mais, si les encours de prêts progressent d’au moins 2,5 % entre janvier 2016 et janvier 2018, le taux de refinancement pourrait descendre jusqu’à – 0,40 % (cette hypothèse apparait comme nettement réalisable : Le Groupe Crédit Agricole dans le scénario macro-économique 2016-2017 envisage une croissance de l’investissement des entreprises de + 2,9 % en 2016 et + 3,3 % en 2017, et une reprise graduelle de l’investissement des ménages),
  • Jusqu’à cette limite de + 2,5 %, l’ampleur de la réduction du taux d’intérêt sera modulée linéairement en fonction du pourcentage de dépassement par la contrepartie de l’encours de prêts éligibles de référence,
  • Il sera possible de remplacer le TLTRO 1 par le TLTRO 2 qui présente de meilleures conditions financières,
  • La maturation est fixée en 2021.

Selon Bank of America Merril Lynch, les banques françaises et allemandes devraient bénéficier du taux préférentiel de – 0,40%.

Aujourd’hui, les établissements bancaires ne semblent pas avoir besoin de liquidités supplémentaires grâce à l’augmentation des comptes courants et des dépôts bancaires. Toutefois, les établissements de crédit profiteront très probablement de l’opportunité d’échanger le TLTRO 1 à 0,25 % contre du TLTRO 2 à taux zéro, voire négatif. En effet, l’écart de taux entre les deux programmes permettrait d’améliorer sensiblement les marges d’intermédiation.

Le financement à – 0,40 % conduit donc à une nette baisse du coût de la ressource bancaire, améliorant à la fois la rentabilité et augmentant la capacité d’offre de prêts.

Voir les autres news